Rejoignez la première communauté d’emotainment, JNPPVS : #Musique #Danse #Art… Chaque jour, les plus belles émotions à partager !

Les dessous horribles et impardonnables de Woodstock 1999 !

4 987

Derrière Woodstock 99, se cache…

1035x691-20140730-woodstock4-x1800-1406833204 Le Festival de Woodstock est à l’origine un rassemblement emblématique de la culture hippie des années 1960. Il a, pour la première fois, eu lieu en 1969 aux États-Unis, à une soixantaine de kilomètres de Woodstock dans l’État de New York et a changé l’histoire du rock. Le festival eu un tel succès qu’il dura un jour de plus et acceuilla 1 demi million de personne, au lieu de 50 000 prévues. Deux éditions du festival ont suivi ce succès mondial : Woodstock 1994 et Woodstock 1999 Historique donc. Oui. Mais voici 5 faits totalement indigestes, horribles et impardonnables, que vous ne saviez peut-être pas à propos du festival.

1) Le manque d’eau et de nourriture

La sécurité du festival ayant imposé l’interdiction d’apporter nourriture et boissons à l’intérieur du festival, le premier problème voit le jour : l’eau est payante (très chère) et insuffisante (à cause de notre second point). Il n’y avait pas assez de ressources pour alimenter tous les participants, et des milliers se sont retrouvés sans eau ni nourriture. Résultat ? Des humains qui s’évanouissent, affaiblis, et des milliers de blessés.

2) Une chaleur mortelle

En plein mois de Juillet, la chaleur étant à son paroxysme, ajoutée à un manque de ressources, « plus de 700 personnes ont été traitées pour insolation et déshydratation. » Malheureusement, l’horreur du festival emblématique ne s’arrête pas là… woodstock_99_pd

3) Les viols durant le festival

La police locale enregistre quatre viols, six blessés graves qui entrainent sept arrestations. Comment arrêtez des hommes totalement bourrés, remplis de haine, à un festival qui prone les valeurs « Peace and Love » ? . À la fin du concert, on déplore une tourelle d’enceintes qui prend feu et qui tombe  sur quatre camions qui brûlent aussi. Un décès d’un homme de 44 ans d’une crise cardiaque est également reporté durant ce concert.

4) « Une humeur palpable de haine »

Un journaliste de MTV relate ces propos :

Il était dangereux d’être ici. Tout était angoissant. Il y avait des signes de haine partout. […] Il était clair que nous aurions dû partir de là. C’était comme un camp de concentration. Et vous vous complaisez dans les ordures et le gaspillage humain. Partout était présente une humeur palpable de colère.

Rappelés sur scène à la fin de leur concert, les Red Hot ne reviennent pas. Des feux de joies sont provoqués durant tout le week-end avec des bouteilles en guise de combustibles autour desquels les festivaliers dansent. 0dfd015

5) Aucun échappatoire aux festivals

À ceux qui voulaient échapper à cette haine, aucun hébergement était disponible sur des kilomètres et des kilomètres, et le seul disponible était déjà complet pour un évènement de Baseball très attendu se déroulant le même week-end. Une chaleur étouffante,  sans eau, sans nourriture, des viols, et toutes autres sortes de violences physiques et morales, Woodstock 99, c’était surtout ça. La presse américaine a renommé le festival « Le jour où la musique est morte ». Une horreur pour une réédition qui était censé rendre hommage à Woodstock 1969.  Car oui, la musique n’est pas une incitation à la haine, et ce n’est pas ce que le rock prône !

Qu’en pensez-vous ?