Rejoignez la première communauté d’emotainment, JNPPVS : #Musique #Danse #Art… Chaque jour, les plus belles émotions à partager !

Mort de Johnny, légende du rock à la française

283
« Comme une étoile qui s’éteint dans la nuit » 

 

Le « French Elvis », comme le prénomment les Anglais en Une de leurs journaux, nous a quitté. La légende s’est éteinte cette nuit à l’âge de 74 ans des suites d’un cancer du poumon qui le rongeait depuis quelques mois. Une véritable icône nationale, qui dès les années 60  s’est imposé comme la figure du rock qui a bouleversé les moeurs en France.

Johnny Hallyday et sa bande des Vieilles Canailles: Eddy Mitchell et Jacques Dutronc ont apporté à la France un renouveau musical inspiré des Etats-Unis et surtout ont libéré la jeunesse de la période d’après-guerre. Les années « yéyé » d’abord, où il fait chavirer les coeurs avec sa banane rockabilly, ensuite vient un album produit par Michel Berger dans les années 80 où il s’inscrit dans le genre de la chanson française et enfin du rock’n’roll enflammé, inépuisable années après années.

Johnny c’était une bête de scène, un showman qui donnait tout pour son public. Authentique âme qui vivait pour le rock, passionné de blues à l’état pur. Une carrière ininterrompue difficilement comparable et les superlatifs ne sont pas de trop pour nommer ce monument.

Johnny c’est aussi l’emblème d’une France populaire, dont les fans souvent moqués le considèrent comme un Dieu vivant. Derrière son accoutrement de Cherokee, Johnny incarnait la générosité et la simplicité, un genre de Papa Noël du rock’n’roll qui avait réussi le rêve américain à la française. Alors d’un côté il y avait Gainsbourg et ses bobos, de l’autre Johnny et ses cowboys. Tout dépend si vous êtes plutôt vin rouge ou bourbon !

Que l’on aime ou non, sa « gueule » restera gravé dans les mémoires et c’est une page qui se tourne.

« J’ai perdu plus qu’un ami, j’ai perdu mon frère »
Eddy Mitchell